Page d'archive 3

PATISSERIE CIEL et Salon de thé, à tester, Paris 5ème

 

Difficile de faire un retour sur cette nouvelle pâtisserie parisienne.

En effet, l’expérience est un peu déroutante, un peu loin des dégustations habituelles de pâtisseries françaises.

Ciel s’est spécialisée dans des gâteaux aériens, à base de génoises, légers comme des nuages (ouh elle était facile celle là…).

Dès l’annonce de l’ouverture de ce nouveau repère japonais, tenu par une femme pâtissière au CV alléchant (Mandarin Oriental – pâtisseries exquises, j’y reviendrai une prochaine fois – , Jules Verne), je me suis souvenue des fameux « japon » du pâtissier Aoki, qui me rendaient marteau : génoise peu sucrée, chantilly, fraises…
Tellement fragiles qu’il ne les propose plus en boutique.

Armée d’une complice au bec sucré, nous avons lancé une opération commando ce samedi.

Le verdict :

- c’est bon, peu sucré (= super déculpabilisant, non, non et non, on n’a pas vraiment mangé un gâteau)
- le lieu est vraiment très beau, raffiné, à l’image de l’esthétique japonaise
- on peut déguster les pâtisserie sur place, avec de délicieux thés macha, bref, c’est au global une très bonne expérience.

Après, pour être tout à fait honnête, ces pâtisseries n’ont pas un effet addictif. C’est très bon, mais pas gourmand comme un Saint-Honoré de Conticini par exemple.

Donc ma recommandation : prendre un thé, se laisser surprendre par les plaisirs sucrés, et par la beauté du lieu.
Et puis ce n’est pas très cher, 6€ pour une pâtisserie, et 12€ pour une formule avec un thé.

C’est beau… :PATISSERIE CIEL et Salon de thé, à tester, Paris 5ème dans Cuisine asiatique p1080651

 

et les pâtisseries, elles sont belles… aussi, ainsi que le packaging :

 

p1080654 dans Paris 5eme

p1080649 dans Patisserie

 

 

 

Informations pratiques :

Pâtisserie Ciel
3, rue Monge – Paris 5
Tél : 01 43 29 40 78

 

FRANCOIS PRALUS, meilleures tablettes au chocolat de Paris, Paris 4eme

Jean-Paul Hévin étant encore fermé ce week-end, je lui ai fait des infidélités en retournant chez François Pralus.

Cet artisan est un des seul chocolatier français à faire lui même son chocolat (avec Marcolini, Ducasse depuis peu -mais c’est très cher-).

Mon dernier test remontait à 2009 et la tablette Venezuela de l’époque m’avait un peu déçue…

Et bien j’ai dû réviser mon jugement depuis la dégustation de ce week-end.
La torréfaction était parfaite, les crus parfaitement travaillés, le résultat, soyeux, parfait pour libérer les aromes des différents crus.

FRANCOIS PRALUS, meilleures tablettes au chocolat de Paris, Paris 4eme dans Chocolat p1080635-300x225

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bref, à environ 4€ la tablette, pour 100 grammes, il devient le meilleur rapport qualité/prix en la matière…

Comment vais-je faire, mon approvisionnement chez Pierre Hermé était aussi l’occasion de déguster ses choux à la vanille, en vente uniquement le samedi?

Un terrible dilemme pour les semaines à venir…

2ème VISITE : 

Bon, le retour des choux à la vanille chez Jean-Paul Hévin (l’actu de la semaine), m’a obligé à acheter à nouveau des tablettes chez ce chocolatier réputé.

Et j’ai encore changé d’avis. Oui les tablettes de Pralus sont très bonnes et moins chères, mais Jean-Paul Hévin reste mon préféré.

On a dû faire des dégustations comparatives tout le week-end et le verdict est tombé : les tablettes d’Hévin sont plus soyeuses. Je ne sais pas comment il fait, mais son mélange est plus agréable au palais.

Sur cette affaire, je crois que vous allez devoir vous faire une idée vous même…

 

article précédent :
http://nourrituresterrestres.unblog.fr/2009/01/11/francois-pralus-un-nouveau-chocolatier-dans-le-marais/

Informations pratiques :

François Pralus, 35, rue rambuteau – 75004 Paris

Tel : 01 48 04 05 05

http://www.chocolats-pralus.com/

 

PATISSERIE AOKI : un sablé au chocolat divin, Paris 6 ème

Un peu de permanence

La question du jour :
Dans quelle mesure avons-nous besoin de permanence ?

 

Changer ? Partir ? Tester de nouvelles adresses ?
Et bien, oui, toujours, mais en même temps, il y a des choses qui ne doivent pas changer, qui n’ont pas le droit de changer comme :

- la recette de salade de tomates de ma grand-mère qui ne peut souffrir la moindre variante
- sa recette de pommes de terre sautées
- le Rosemary, qui doit impérativement être disponible à la vente lorsque je me rends à la pâtisserie Pain de Sucre
- … et le sablé au chocolat de la pâtisserie Aoki.

Ce sablé, je l’ai gardé secret depuis de nombreuses années, parce que je suis sympa, mais quand même… Traverser tout Paris pour reconstituer mes réserves et risquer de m’être fait souffler MES gâteaux par quelqu’un d’autre, je n’ai pu l’envisager qu’il y a peu.

Avec la rentrée, me voilà mue par un élan de générosité, probablement passager, mais dont je vais vous faire bénéficier.

Voici en photo mon trésor secret :

PATISSERIE AOKI : un sablé au chocolat divin, Paris 6 ème dans Paris 6eme p1080624

 

Celui que vous ne pouvez rater, c’est le sablé de droite : deux sablés et un cœur au chocolat et au praliné.

Le chef, lorsqu’il a crée ce petit trésor, il y a plus de 10 ans m’en avait mis un religieusement dans la main.
C’est désormais un peu comme une ostie.
L’ostie de ma religion à moi, celle des gourmands ! 1€05 de pur plaisir.
Qui veut prier avec moi ?

Chez ce pâtissier, vous trouverez aussi des choux délicieux, des pâtisseries au thé vert, et plus classiques aussi. Elles sont très bonnes, bien que d’une texture un peu riche pour moi.

Plus dans la gamme de Pierre Hermé que de la pâtisserie des Gâteaux et du Pain, de Claire Damon pour les amateurs.

 

autres articles qui peuvent vous intéresser :

http://nourrituresterrestres.unblog.fr/2008/03/24/mes-chouchous-pain-de-sucre/

http://nourrituresterrestres.unblog.fr/2008/07/28/un-gouter-au-plaza-athenee-en-compagnie-des-patisseries-de-christophe-michalak/ 

http://nourrituresterrestres.unblog.fr/2010/09/11/christophe-michalak-le-dieu-des-gourmands-est-de-retour/

Informations pratiques :

voici la liste de ses boutiques.

http://www.sadaharuaoki.com

 

je trouve toujours ces sablés :
35 rue de Vaugirard, 75006 Paris
Tel : 01 45 44 48 90

 

Mais il a 3 autres points de vente (ont-ils ces sablés ? je ne sais pas)

25, rue Pérignon, 75015 Paris
Tel : 01 43 06 02 71
56, boulevard de Port Royal, 75005 Paris
Tel : 01 45 35 26 80
Lafayette gourmet
40 Boulevard Haussmann, 75009 Paris

JEAN-LOUIS NOMICOS, aux TABLETTES, un restaurant à tester d’urgence, Paris 16eme

Les quelques nouveautés testés ces derniers mois ont été un peu décevantes, ou du moins pas assez marquantes pour me pousser à faire un article* (voir à la fin).

Alors bon, nous sommes retournés chez Frenchie, inévitable, même s’il a augmenté ses prix.
Et puis au milieu de ces tentatives plus ou moins réussies, deux déjeuners vraiment délicieux chez le chef Jean-Louis Nomicos, aux Tablettes.

Oui, ce n’est pas un restaurant branché, c’est dans le 16ème, les serveurs n’ont pas de barbe, tout ça, mais c’est BON, très bon même !
Je dirais même plus excellent. Le chef a d’ailleurs une étoile au Michelin. C’est un minimum.

Et le rapport qualité-prix est vraiment tout a fait exceptionnel également.

42€ entrée, plat, dessert (plus amuse-bouche et mignardises) à midi, plus cher le soir, évidemment !!
Franchement, on ne sait pas comment il fait, sachant que les produits restent de qualité (ravioles de homard, langoustines). Après, les portions sont petites, mais franchement, on n’a plus faim en sortant.

 

Bon, le chef n’est pas tout à fait un jeunot qui sort de nulle part. Il a notamment été le chef de Lasserre et a travaillé avec Ducasse. Alors ce n’était pas si surprenant, mais le fait que le restaurant ne soit pas plein, si un peu plus, même si on y est allé au mois de juillet.

Alors si vous aimez la cuisine méditerranéenne, avec des jus, très travaillés, des saveurs très denses, courrez-y, les gourmands devraient se passer le mot, et décrocher une table sera sans doute difficile dans les années  à venir.
En plus, il est ouvert tout l’été ! Bon à savoir également, son menu déjeuner est valable le week-end, et donc, le dimanche, jour sinistré pour les gastronomes parisiens.

Un coup de cœur comme on en a peuJean-François Piège, Grégory Marchand de Frenchie et maintenant Jean-Louis Nomicos…

Et je compte bien y retourner, y retourner, y retourner… notamment le soir pour goûter ses macaronis à la truffe noire, exceptionnels selon l’homme.

Et puis Jean-Louis Nomicos a le bon goût de travailler les artichauts, et là, il ne peut qu’entrer dans mon panthéon très personnel.

 

Quelques images volées sur son site, les miennes étaient trop sombres (je réessayerai)

Ça ressemble au plat de poisson testé (à midi, les portions de poisson sont plus petites)

JEAN-LOUIS NOMICOS, aux TABLETTES, un restaurant à tester d'urgence, Paris 16eme dans Paris 16eme 0index-300x188

DES ARTICHAUTS !!!! le soir sans doute, je DOIS y retourner

artichauts-encornets-300x188 dans Restaurant entre 45 et 70 euros

Un dessert qui ressemble à celui que j’ai mangé, des fruits rouges, de la meringue, aérien…

fraise-300x188 dans Restaurant entre 70 et 150 euros

 

La déco :
Classique, pas très funky, mais confortable. C’est l’ancien restaurant de Robuchon en fait.

La clientèle :
Du quartier, classique aussi. Et des étrangers, notamment des japonais, qui ne s’y trompent pas en matière de restaurants.

Le service :
Classique aussi, agréable. Très restaurant gastronomique. Pas de barbe, mais bon, on s’en fiche en fait !

 

Voilà, alors si après ça vous ne réservez pas dans la minute, je ne sais plus que faire…

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

http://www.lestablettesjeanlouisnomicos.com

16 avenue Bugeaud – 75016 – Paris

Téléphone : 01 56 28 16 16

Ouvert 7 jours / 7

 

* Les bofs récents :

- Cuistance, aux Halles, pas très cher, mais pas renversant non plus. Sans surprise, et avec des desserts plus que moyens (terrible dessert à l’ananas)

- Pantruche, dans le 9ème, pas mal, mais si on habite dans le quartier, sinon, ça ne mérite pas vraiment le déplacement

- Pirouette, avec un chef passé chez des grands noms, Taillevent et le Meurice, très bon, mais la salle est terriblement bruyante (terrasse sympa avec quelques tables au calme)

- Le Dauphin, bon, ok, mais trop cher, trop bruyant, trop branché, trop de miroirs

HIRSINGER, des chocolats vivants dans le jura

La question du jour est : mais à quoi reconnait-on l’amitié?

La complicité, l’affection, le plaisir de partager, d’échanger, de donner ?

Ben c’est un peu compliqué pour un estomac sur pattes alors faisons simple : un VRAI ami, c’est celui qui vous donne du chocolat, là.
C’est du moins ce que j’ai décidé ce soir même en dégustant des chocolats vivants, oui, oui, vivants, de chez Hirsinger.
HIRSINGER, des chocolats vivants dans le jura dans Chocolat img_39221-300x200

Ces amis m’en avaient parlé longuement lors d’un dîner :

« tu sais, il ne congèle pas ses chocolats »
« ils sont vivants car ils maturent, comme un vin, la ganache s’infuse peu à peu »
« toi qui aime Patrick Roger, tu vas être conquise »…
Vu l’expertise des 2 cocos, je savais que je ne pourrais être déçue, mais ce chocolatier, meilleur ouvrier de France est installé dans le Jura.

Damned, que faire.

Et bien attendre, c’est tout et le dieu des gourmands, moins d’une semaine après, a tout géré comme d’habitude.
En effet, on peut commander ces chocolats par internet… Et voilà que ces mêmes amis m’ont fait une petite surprise pour commencer le week-end !

 

Le verdict : exceptionnel !!!
Les chocolats de toutes les tailles sont adaptés aux produits : coulis de fruits, pâtes d’amande, du praliné, des ganaches vivantes.
img_39231-300x200 dans Jura

ils sont mignons…, non ?

Le travail des fruits fait penser à Fabrice Gillotte. Les deux chocolatiers s’entendent d’ailleurs très bien à ce qu’il parait.

Alors Merci, Merci, et pour ceux qui n’ont pas prévu de visiter le Jura, eh bien merci à la poste (ou au dieu des gourmands!).

 

Informations pratiques :

http://www.chocolat-hirsinger.com

 

et son copain Fabrice Gillotte :

http://nourrituresterrestres.unblog.fr/2008/09/16/chocolats-fabrice-gillotte-lanti-deprime-de-la-rentree/

 

 

CARL MARLETTI, très belles pâtisseries, à retester

Avec cette révolution de la pâtisserie française, initiée par Pierre Hermé il y a plus de 10 ans désormais, il faut sans cesse goûter de nouveaux gâteaux. C’est vraiment difficile.

La vie est cruelle, oui, mais les gens ont le droit de savoir, et je sais que je n’ai pas le choix, je dois continuer à me dévouer.

Là, on m’a fait une offrande de chez Carl Marletti, qui a une boutique à Paris dans le 5ème (2 créations du chef, une sorte de cheese cake et un gâteau au fruits).

Le verdict  :

- pas mal, très esthétique, mais j’ai trouvé que les saveurs n’étaient pas assez marquées.
- les prix sont raisonnables, ou en tout cas plus raisonnables que ce que l’on trouve actuellement sur le marché (éclairs, 3.8 €, religieuses, 4.1 €, tartes, entre 4 et 5€)

En fait, quand je regarde le site, et notamment la très tentatrice tarte belle-hélène, je crois qu’il faut y retourner pour tester les desserts plus simples du chef, car les tartes et pâtes à choux semblent très prometteuses… hypothèse : seules les créations, belles et techniques seraient plus faibles. Affaire à suivre donc

CARL MARLETTI, très belles pâtisseries, à retester dans Paris 5eme p1070835

 

Celui là, par exemple, avait un crémeux neutre et un peu de fruits, mais pas assez pour rendre l’expérience véritablement troublante  (à noter la tentative esthétique : gâteau sur peau de chèvre de l’Himalaya, à ne pas renouveler)

p1070837 dans PatisserieInformations pratiques :

Carl Marletti

51, rue Censier, 75005 Paris
http://www.carlmarletti.com/site/

ECLAIR DE GENIE de Christophe Adam, nouvelle étape dans le Marais gourmand

Le Marais devient de plus en plus gourmand-friendly.
Après Pain de Sucre, les précurseurs dans ce quartier, puis Jacques Génin, une nouvelle boutique pour les amateurs de pâtisseries (version délicate de « monstre à gâteau », « goinfre à sucre », etc)  vient de voir le jour dans le quartier.
Christophe Adam, spécialiste bien connu des éclairs chez Fauchon, a en effet ouvert le 13 décembre dernier une belle pâtisserie spécialisée dans les éclairs et… les truffes au chocolat toutes brillantes.
Les éclairs sont bons, vraiment, avec un fondant pas trop sucré, des saveurs originales et gourmandes (dragée, pistache, citron…).
Ils sont aussi très mignons.
Les truffes aussi sont très bonnes, enfin, je n’en ai gouté qu’une, celle au praliné offerte par le très gentil vendeur. Elle était excellente, avec un praliné maison, pas trop broyé comme je les aime.
Je n’ai en fait qu’une remarque : les éclairs sont un peu petits (70g) environ, résultat, il en faut au moins deux pour se sentir rassasié, enfin, pour moi.
Cela présente deux inconvénients :
- le prix, car à 4.5€ ou 5€ l’éclair, il faut environ 10€ par personne pour satisfaire un estomac équivalent au mien
- et ensuite, cela a un impact sur l’équilibre entre la pâte à choux et la crème à l’intérieur. Mais là, c’est très personnel !
Bref, j’aimerais bien une version plus grosse de ses éclairs,  voilà, c’est dit !
Comme le dieu des gourmands est très gentil avec moi (seule une exégèse de mes précédents articles vous permettra de comprendre), je serai peut-être écoutée ?
Quelques images :
Les éclairs (photo minable, j’en conviens)
ECLAIR DE GENIE de Christophe Adam, nouvelle étape dans le Marais gourmand dans Chocolat 2012-12-20-17.56.41
Et la cave à truffe, une idée de déco très séduisante… J’installerais bien la même chez moi.
2012-12-20-17.58.20 dans Paris 4eme
Si vous partez faire une expédition dans le Marais, allez également faire un tour chez :
PAIN DE SUCRE
pour le Rosemary… j’me répète, leurs éclairs sont parfaits aussi, etc…
JACQUES GENIN
pâtisseries classiques délicieuses

Informations pratiques

Eclair de Génie – Christophe Adam
14 rue Pavée
75004 Paris
 Métro : Saint Paul

BOCO, la gastronomie dans un bocal : le remède anti-crise !

C’est la crise, c’est la crise, difficile d’y échapper…

Alors que faire ?
céder à la déprimaille (bientôt dans le Robert) et délaisser les plaisirs terrestres ?
passer des heures à faire ses propres plats et ne plus sortir de sa tanière ? (option tentante)
Boco a trouvé le remède, préserver notre estomac Et notre porte monnaie!

 

Le concept :
pour 15€ environ, on peut déguster des plats de grands-chefs, oui oui, (Anne-Sophie Pic, Christophe Michalak, Philippe Conticini…) servis dans des bocaux…
…d’où le nom Boco, oui, je sais, on ne peut qu’être ébloui par un esprit de déduction aussi puissant.

 

Et franchement, et bien c’est TRES bon.
La carte change à chaque saison.

En ce moment, on peut par exemple déguster, sur place ou à emporter :
-un tendron de veau, chutney de prunes et pommes mousseline, par Anne-Sophie Pic, pour 8.8 €
- ou des lasagne de polenta, champignons aux épinards par Emmanuel Renaut, pour, ben, 7.8€!!
1 photos qui vient du site de Boco (plus réussie que la mienne)

BOCO, la gastronomie dans un bocal : le remède anti-crise ! dans Paris 12eme 9ebfae39730de92f9a042ae732877087-222x300

miam, c’était très bon, gourmand, original… (nostalgie).

et pour les desserts, et bien qui a déjà mangé une tarte dans un bocal??

C’est possible, avec par exemple une petite tarte à l’orange par Christophe Michalak (pour 3.8€, franchement, on peut oublier la crise…)

82de36b9e5e4fef3eed88894282c1ff0-222x300 dans Paris 1er

Bon, alors ce n’est pas un cadre de rêve pour un repas en amoureux, mais idéal pour déjeuner entre collègue à midi, ou pour ramener chez soi le soir.

Et ça marche vraiment bien, puisque depuis la naissance du premier restaurant à opéra, 2 nouvelles adresses ont été ouvertes, à Paris-Bercy, et à côté de Saint Lazare.

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

http://www.boco.fr/

Ouverts de 11h à 22h, du lundi au samedi (et le dimanche à Pari-Bercy Village)

boco Opéra
3, rue Danielle Casanova – 75001 Paris

boco Bercy-Village

45, Cour Saint-Émilion – 75012 Paris
boco Saint-Lazare
5 bis, rue du Rocher – 75008 Paris

 

TERROIR PARISIEN, une adresse bien pensée, Yannick Alléno, Paris 5ème

Tous les amateurs de gastronomie ne parlent que de ça : le nouveau bistrot de Yannick Alléno à la mutualité.

Une petite expédition avec l’homme s’imposait…

 

Le verdict : un concept très bien pensé :
des produits du terroir parisien, cuisinés de façon très traditionnelle, dans un cadre moderne, et à des prix raisonnables (entrée dans les 10€, plat, environ 15€, et dessert à 7€).

La question était : le chef va-t-il revisiter un peu les classiques qu’il nous propose, nous surprendre?

En fait non, et c’est un parti pris.

Les plats sont très bons, très simples, et la promesse de découvrir le terroir parisien, totalement respectée.

 

Le cadre, moderne, un grand comptoir et quelques tables pour déguster la cuisine du chef (un peu bruyant comme souvent dans les bistrots) :

TERROIR PARISIEN, une adresse bien pensée, Yannick Alléno, Paris 5ème dans Paris 5eme P1070236-1024x768

P1070235-1024x768 dans Restaurant entre 30 et 45 euros

 

Des petites terrines à grignoter, juste à côté de nous, dur de résister !

P1070234-768x1024

 

Miam l’assiette de charcuterie,

P1070240

L’entrée de l’homme, très bonne aussi m’a t-on dit…

P1070239

 

Les plats :

choux farci très réussi

P1070241

et le poisson frit à la Robuchon, zut la photo est floue…

P1070242

 

Feuilleté avec une crème à l’orange (un peu trop sucré chef !)

P1070244

 

et le baba classique très bien à ce qu’on m’a dit :

P1070245

 

Donc franchement, c’est tentant non?

 

Informations pratiques : 

Terroir parisien

20, rue Saint Victor, 75005 Paris

01 44 31 54 54

 

MADRID, Pâtisserie POMME SUCRE et son petit copain le CAFE OITA

Tout à fait par hasard, oui oui, je suis tombée sur une pâtisserie dont le cadre et les mets exposés ont immédiatement attiré mon oeil de prédateur à gâteaux.

J’ai fait quelques tests bien évidemment.

Alors, les milles feuilles et la tarte aux pommes sont vraiment excellents. Les chocolats également.
J’ai en revanche pas mal de réserves sur la gâteau à l’orange. Biscuit sec, couverture collante. Il paraît que c’est parce qu’il était froid.

Ma recommandation : en rester aux viennoiseries et milles-feuilles ou tester les entremets que je n’ai pas goûtés.

Le cadre est vraiment très beau, mélange d’écrin moderne, de bois clair, de briques et de vaisselle ancienne.

Cette pâtisserie a un petit copain, le café Oita, pas très loin. On peut y déguster les pâtisseries, et s’installer plus longuement, en espérant y croiser Sarah Baras (danseuse de flamenco pour ceux qui ne la connaissent pas), qui y vient régulièrement à ce qu’on m’a dit…

 

Quelques photos :

Verrines et entremets (non testés) :

MADRID, Pâtisserie POMME SUCRE et son petit copain le CAFE OITA dans Patisserie P1070186-300x225

 

Les mille-feuilles et la tarte aux pommes, à ne pas rater :

P1070187-300x225 dans Week-end

 

Viennoiseries (très bonnes) :

P1070189-300x225

 

A éviter, gâteau à l’orange collant et dur :

P1070194-300x225

 

Le cadre : vaisselle ancienne, dans des niches modernes, l’équilibre visuel est très réussi (enfin, moi je trouve !)

P1070197-300x225

 

le cadre bis : bois clair et vaisselle ancienne

P1070196-300x225

 

CAFE OITA : l’atmosphère

P1070199-300x225

P1070202-225x300

 

Informations pratiques :

Ces deux adresses se trouvent en plein centre, à côté de Gran Via.

Pomme Sucre :
Barquillo, 49
Madrid
www.pommesucre.com

Oita Café
Hortaleza 30
Madrid

12345...10

A Propos

Vous parcourez actuellement les archives du blog Nourritures Terrestres.


lesrecettesdemaxtokenda |
Les petites recettes de Missti |
Spécialités portugaises |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | badb
| Zafferano64
| LEGUMES DE SAISON ET CUISINE